Escapade bordelaise : un détour par le château de Malromé

Le château de Malromé / © Emilie Dubrul

Sur la route des vins de Bordeaux, un château qui invite au détour : Malromé.

A 40 minutes de la capitale girondine, cette propriété viticole où a séjourné le peintre Toulouse-Lautrec, vous promet une visite riche en surprises. Derrière sa façade XVIème siècle, ses tours harmonieuses et son terroir d’exception, le château Malromé, ancienne villégiature du peintre de la Belle Époque abrite désormais une très belle collection d’œuvres originales.

Lorsqu’elle en fait l’acquisition en 2013, la famille Huynh a deux rêves en tête : redonner ses lettres de noblesse à cette propriété viticole de l’entre-deux-mers et faire revivre la mémoire du peintre. Et c’est aux filles Mélanie et Amélie que revient cette noble tâche. Les deux soeurs, passionnées d’art et de patrimoine, n’ont eu de cesse de courir les salles des ventes pour faire l’acquisition d’œuvres originales, en complément de prêts d’amis collectionneurs : une affiche grand format de la fameuse Revue blanche (revue littéraire et artistique de sensibilité anarchiste à laquelle collaborèrent les plus grands écrivains et artistes de l’époque), des dessins, des croquis réalisés alors que Lautrec était adolescent mais aussi des lithographies ou des dessins de presse… Au total une cinquantaine d’œuvres qui entrent en résonance avec cet intérieur aristocratique de la fin du XIXe siècle où le peintre avait installé son atelier d’été. L’occasion pour les propriétaires de repenser la visite du château, au travers d’une nouvelle scénographie.


Entre art et vin, au coeur de la demeure familiale du peintre Henri de Toulouse-Lautrec / © Emilie Dubrul

L’art et le vin

Pensée et animée par Pauline Leclercq, historienne chargée du développement touristique de Malromé, cette déambulation dans la vie et l’œuvre de Toulouse-Lautrec nous rappelle à quel point l’artiste dessinait ou peignait à tout instant. Et nous donne un aperçu de son incroyable modernité et de sa passion pour l’estampe japonaise. Pour preuve cette nouvelle salle dédiée aux originaux, où trône le portrait de la danseuse anglaise May Milton. Ou encore le salon d’affiches illustrant les plus beaux « lieux de joie » parisiens du XIXème siècle finissant et ses égéries : la Goulue, la môme Fromage, Jane Avril ou Yvette Guilbert, le peintre ayant été un témoin privilégié de ce qui passait derrière les épais rideaux de velours des cabarets de la capitale.

Mais parce que Lautrec était aussi un épicurien grand amateur de vin, « il se faisait livrer des barriques entières à Paris », le nouveau Malromé ne pouvait faire l’impasse d’une visite œnologique de la propriété. C’est chose faite depuis le mois de mai avec un parcours allant de la découverte du vignoble à la fabrication des vins. Les vignes, le cuvier, le chai à barriques n’étaient jusqu’alors pas ouverts au public. Une visite très sensorielle et pleine d’anecdotes qui se termine par une agréable initiation à la dégustation des élégants vins de la propriété. A l’occasion du lancement du nouveau millésime, les derniers vins arboreront non seulement une nouvelle étiquette mais aussi de nouveaux noms (Château Toulouse-Lautrec et Couleurs de Toulouse-Lautrec), en hommage au peintre.

malrome chateau bordeauxLe château de Toulouse-Lautrec / © Emilie Dubrul


+ D’INFOS

Château Malromé 
33490 Saint-André-du-Bois

Réservations : visite@malrome.com – 05 56 76 25 42

www.malrome.com

Les animaux sont admis en laisse à l’extérieur mais interdits à l’intérieur

PARTAGER :